Relation amoureuse au travail et licenciement

Relation amoureuse au travail : Une rupture sentimentale entre deux collègues de travail peut-elle constituer un motif de licenciement ?

Publié le : 03/05/2021 03 mai mai 05 2021

Salarié au sein d’une banque en qualité de formateur, Fabrice (1) relate la relation amoureuse qui a conduit à son licenciement. 

Une rupture sentimentale entre deux collègues de travail peut-elle constituer un motif de licenciement ? L’employeur dispose-t-il de moyens d’actions face à cette relation amoureuse qui se termine mal ? 

Telles sont les questions posées à la Cour de cassation qui y a répondu très clairement dans un arrêt rendu le 16 décembre 2020 (2) . 
 

Quels sont les faits ?

Durant plusieurs mois, Fabrice, salarié depuis le 3 juin 2002 entretient une relation amoureuse faite de ruptures et de sollicitations réciproques avec sa collègue Chantal (3). 

Bien qu’ils conviennent le 16 octobre 2014 que leur relation doit s’arrêter, le salarié, toujours amoureux, adresse à sa collègue de nombreux messages intimes, des mails insistants dont deux par l’intermédiaire de sa messagerie professionnelle

Il va jusqu’à installer une balise GPS sur le véhicule personnel de cette dernière pour la surveiller à son insu. 

Pourtant, Chantal a été claire : elle ne souhaite plus avoir de contact avec lui en dehors de l’activité de l’entreprise. 

Devant son insistance, Fabrice est licencié pour faute grave le 6 juillet 2015. 

Il conteste son licenciement estimant que les faits pour lesquels il a été sanctionné relèvent de sa vie privée.  
 

Que disent les juges ?

Tout d’abord, la Cour d’appel revient sur la matérialité des faits et constate que : 

1. Fabrice et Chantal ont entretenu pendant plusieurs mois une relation amoureuse faite de ruptures et de sollicitations réciproques ; 

2. Le courriel de rupture de Chantal établissait que chacun d’eux avait suggéré de rompre ;

3. Seuls deux courriels lui ont été envoyés au moyen de sa messagerie professionnelle ; 

4. La balise GPS avait été posée sur son véhicule personnel. 


Les juges du fond ont également considéré que les faits n’avaient aucun retentissement négatif au sein de l’agence ou sur la carrière de Chantal. 

Par ailleurs, l’allégation de harcèlement moral écarté, ils ont pu en déduire que les faits étaient exclusivement liés à des relations privées et qu’ils n’étaient donc pas constitutifs d’une faute.

La Cour de cassation partage la position de la juridiction d’appel en confirmant que les faits relevaient de la vie personnelle du salarié et ne constituaient pas un manquement aux obligations découlant de son contrat de travail, en sorte que ces faits échappaient au pouvoir disciplinaire de l’employeur. Le licenciement était en conséquence dénué de cause réelle et sérieuse.

Cet arrêt est particulièrement intéressant dans la mesure où il se construit autour de faits qui auraient pu être bien différents. 

Le comportement de Fabrice aurait certainement été sanctionné s’il s’agissait du véhicule de fonction de Chantal. 

S’il avait adressé ses mails intimes exclusivement au moyen de sa messagerie professionnel, les faits relèveraient-ils de la vie personnelle des salariés concernés ? 

Enfin, il semble évident que l’impact négatif de cette relation amoureuse sur la bonne marche de l’entreprise confèrerait à l’employeur un pouvoir disciplinaire lui permettant de la protéger. 
Une relation, une dispute, une réconciliation, une rupture au travail … cela n’a rien d’inédit mais la sanction peut être sévère à la hauteur des risques retentissants que les salariés amoureux feront prendre à leur entreprise. 

Index:
(1) Prénom fictif du salarié concerné
(2) Cour de cassation, Chambre sociale, 16 décembre 2020, 19-14.665 
(3) Prénom fictif de la collègue concernée


Cet article n'engage que son auteur.

 

Auteur

Audrey NICOLAS
Avocat
Avocats Réunis
LE LAMENTIN (977)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.