Action en recouvrement des établissements de crédit et délai de forclusion

Action en recouvrement des établissements de crédit et délai de forclusion

Publié le : 10/01/2012 10 janvier janv. 01 2012

L'article L.311-37 qui prévoyait un délai biennal de forclusion opposable à l'établissement de crédit, qui agit en paiement d'un solde débiteur, a été modifié par la loi du 1er juillet 2010.

Délai de forclusion et action en recouvrement des banques
L'article L.311-37 qui prévoyait un délai biennal de forclusion opposable à l'établissement de crédit, qui agit en paiement d'un solde débiteur, a été modifié par la loi n°2010-737 du 1er juillet 2010.

Cette disposition figure désormais à l'article L.311-52 du code de la consommation et a été enrichie par la codification de la jurisprudence établie par la Cour de Cassation en ce qui concerne l'événement qui donne naissance au délai de deux années.

La loi prévoit désormais que l'établissement de crédit doit agir dans un délai de deux ans à compter :

- du non-paiement des sommes dues à la suite de la réalisation du contrat ou de son terme,

- du premier incident de paiement non régularisé,

- du dépassement du découvert autorisé en compte courant au-delà du délai de 3 mois,

- du dépassement non régularisé du montant total du crédit consenti dans le cadre d'un contrat de crédit renouvelable.

Par deux arrêts du 15 décembre 2011 (n°10-25598 et 10-10-996), la Première Chambre Civile près la Cour de Cassation est venue préciser cette dernière disposition,

Bien que ces deux décisions aient été rendues sous le visa de l'article L.311-37 du code de la consommation, les principes qui en sont dégagés sont bien évidemment applicables au droit positif.

La Haute Juridiction a déjà eu à statuer sur le délai biennal en cas d'ouverture d'un crédit reconstituable, ce délai courant à compter de la première échéance impayée non régularisée (Cass. Ass. Plén., 06.06.2003, n°01-12453).

Cependant, quant est-il dans l'hypothèse où un avenant au contrat initial a été conclu entre les parties postérieurement à l'incident faisant courir le délai de deux ans ?

Pour la Cour de Cassation, cet avenant ne fait pas courir un nouveau délai, il appartient donc aux établissements de crédit d'agir en recouvrement dans les deux ans du premier incident de paiement non régularisé.

Autrement dit un avenant augmentant le plafond du découvert autorisé, postérieur de deux années après le premier incident de paiement non régularisé, ne saurait faire courir un nouveau délai.

L'article L.311-37 devenu L.311-52 étant d'ordre public.

Précision faite que les Tribunaux relèvent d'office ce moyen.

BLANC Benjamin





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Kromosphere - Fotolia.com

Historique

<< < ... 61 62 63 64 65 66 67 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.