Licenciement et rupture de la période d'essai

Publié le : 20/10/2006 20 octobre Oct. 2006
Assouplissement du calcul des délaisLicenciement et rupture de la période d'essai à l'initiative de l'employeur assouplissement du calcul des délais (Cour de Cassation : 26 septembre 2006)

Lorsqu'un employeur décide de se séparer de l'un de ses salariés, il doit:

- dans le cadre d'un licenciement, suivre la procédure des articles L 122-14 et suivants du Code du travail
- dans le cadre d'une rupture de période d'essai, prendre la précaution de matérialiser la preuve de la connaissance par le salarié de la décision prise à son encontre.

Sur un plan pratique, les significations de rupture de période d'essai sont calquées sur celles des licenciements, et prennent la forme d'un envoi recommandé.

L'article L 122-14-1 du Code de travail en fait effectivement l'obligation pour le licenciement, en précisant :

« la date de présentation de la lettre recommandée fixe le point de départ du délai - congé (c'est-à-dire du préavis) ».

Pendant très longtemps, la jurisprudence a considéré que cette première présentation par l'administration postale marquait aussi la date du licenciement lui-même, le salarié étant cessé avoir connaissance de la manifestation de la volonté de l'employeur.

Cela avait une importance, notamment en matière de licenciement disciplinaire, puisque l'article L 122-41 prévoit que la sanction ne peut intervenir plus d'un mois après le jour fixé pour l'entretien préalable, et que ce délai franchi, la jurisprudence considère que le licenciement n'a plus de cause réelle ni sérieuse.

Il fallait donc anticiper sur ce délai d'un mois, en prévoyant les délais de présentation postale, ce qui introduisait parfois un aléa certain.

La Cour de Cassation, dans un arrêt du 11 mai 2005 (Bull.Civ. Vème partie n°159), a modifié cette appréciation en considérant qu'il convenait de prendre en compte la manifestation de la volonté de l'employeur, et donc la date d'émission de la lettre recommandée (c'est-à-dire d'envoi).

Elle vient de rendre une décision comparable, et extrêmement importante en période d'essai.

Les faits sont les suivants :

- la période d'essai d'un salarié expirait un 31 décembre, et l'employeur y avait mis fin par lettre datée et effectivement envoyée le 21 décembre, mais reçue le 3 janvier 2002.

La Cour de Cassation a validé la rupture en se plaçant à la date de l'envoi de la lettre.

La solution est heureuse car les conséquences de l'expiration d'une période d'essai sont sévères.

La notification tardive s'analyse en effet en un licenciement, et comme elle est en générale non motivée, ce licenciement est sans cause réelle et sérieuse, ce qui implique indemnisation.

Les juristes ont longtemps connu des batailles théoriques passionnées opposant les théories de l'émission et de la réception en matière de manifestation de volonté.

La Cour de Cassation, pour ce qui concerne le droit de la rupture du contrat de travail, y a mis bon ordre.
La dégradation de la fiabilité des délais postaux n'y est sans doute pas étrangère, et la pratique y trouve son compte ... à condition de ne pas oublier de conserver l'avis de dépôt de la lettre recommandée, et d'adresser la lettre à temps.





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 92 93 94 95 96 97 98 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.