Contentieux déontologique médecins

Contentieux déontologique des médecins : procédure administrative et recevabilité des conclusions à fins de dommages et intérêts

Publié le : 30/09/2021 30 septembre sept. 09 2021

Tout d’abord, il est de jurisprudence constante que les chambres disciplinaires ne sont pas compétentes pour connaître des conclusions par lesquelles les plaignants sollicitent la condamnation du praticien mis en cause à leur verser des sommes au titre de dommages et intérêts.
Par exemple, la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins a fait usage de cette jurisprudence fixée, en considérant dans sa décision n° 12103 du 27 mars 2015, que :

« comme l’a jugé à bon droit la chambre disciplinaire de première instance, la juridiction disciplinaire est incompétente pour connaître des conclusions par lesquelles les requérants demandent que le Dr D soit condamné à leur verser 150 euros pour diffamation, 21 098,71 euros à titre de sanction pécuniaire et 5 000 euros au titre de dommages et intérêts ; que M. et Mme L ne sont, par suite, pas fondés à demander l’annulation de la décision attaquée en tant qu’elle a rejeté ces conclusions ».

Ce principe est constant et ne souffre d’aucune ambiguïté.

En revanche, les juridictions peuvent condamner les plaignants à titre d’indemnités. Les juridictions disciplinaires peuvent en effet considérer que certaines plaintes présentent un caractère abusif, justifiant que le plaignant verse au praticien mis en cause, une somme au titre de dommages et intérêts pour procédure abusive.

La chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins contrôle la faculté qu’ont les chambres disciplinaires de première instance, de prononcer ces condamnations.

Ainsi, la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins a considéré dans sa décision n° 13944, que :

« 6. La plainte de Mme B ne présentait pas de caractère abusif. Par suite, c’est à tort que, par la décision attaquée, la chambre disciplinaire de première instance a condamné Mme B à verser au Dr A la somme d’un euro à titre de dommages et intérêts pour procédure abusive. Sa décision doit donc être annulée sur ce point et il y a lieu pour la chambre disciplinaire nationale, saisie par l’effet dévolutif de l’appel, de rejeter les conclusions présentées en première instance par le Dr A et tendant à l’octroi d’une indemnité à ce titre.
7. L’appel de Mme B ne présentant pas davantage de caractère abusif, les conclusions du Dr A tendant à la condamnation de Mme B à lui verser la somme de 3 000 euros au titre d’indemnité pour procédure abusive doit être rejetée ».

La demande de première instance, autrement dit la plainte ayant engendré l’action disciplinaire, doit présenter un caractère abusif pour justifier le versement par le plaignant, d’une indemnité en première instance.

La chambre disciplinaire nationale appréciera donc le prononcé d’une telle indemnité et pourra le cas échéant, se livrer à la même analyse. 

En effet si la qualification juridique, à laquelle se livrent les juridictions disciplinaires de première instance et la juridiction d’appel pour estimer qu’une demande présente un caractère abusif, peut être utilement discutée devant le juge de cassation, le montant défini relève en revanche du pouvoir d’appréciation souverain de ces juridictions disciplinaires du fond.


Le Conseil d’État a considéré dans son arrêt n° 333713 du 22 février 2012, que :

« Considérant que des conclusions à fin de dommages et intérêts pour procédure abusive, qui amènent le juge à apprécier les mérites de l'action dont il est soutenu qu'elle a été abusivement engagée, ne peuvent être présentées, à titre reconventionnel, que dans l'instance ouverte par l'action principale, dont elles ne sont pas détachables ; qu'il suit de là que, si de telles conclusions peuvent être présentées devant le juge d'appel, au titre du caractère abusif de l'appel, elles ne peuvent l'être pour la première fois devant lui pour obtenir la réparation du préjudice résultant d'un usage abusif du droit de saisir la juridiction de première instance ; qu'il appartient au juge d'appel de rejeter comme irrecevables de telles conclusions aussi bien dans le cas où, saisi d'un jugement régulièrement prononcé, il statue dans le cadre de l'effet dévolutif que dans celui où, saisi d'un jugement irrégulier, il statue par voie d'évocation après avoir annulé ce dernier ».

Ainsi, un praticien relaxé des fins de poursuite en première instance et qui avait présenté des conclusions à fin de dommages et intérêts pour procédure abusive, peut parfaitement les maintenir en cause d’appel.

Inversement, si de telles conclusions n’ont pas été présentées devant la chambre disciplinaire de première instance, elles ne peuvent être présentées à titre reconventionnel devant la chambre disciplinaire nationale, qu’à l’appui d’une contestation du caractère abusif de cette procédure d’appel.

En tout état de cause, le praticien intimé ne peut présenter pour la première fois en cause d’appel, des conclusions à fin de dommages et intérêts fondées sur l’ensemble de la procédure abusive et donc sur la demande de première instance.

Dans un tel cas, la décision qui serait prise par la chambre disciplinaire nationale serait susceptible d’être fondée sur un moyen d’ordre public relevé d’office par le juge en application des dispositions de l’article R. 611-7 du code de justice administrative et tiré de l’irrecevabilité de conclusions présentées pour la première fois en cause d’appel, à fin de dommages et intérêts pour usage abusif de la saisine de la juridiction de première instance.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Thomas PORCHET
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.