Copropriété - vidéo surveillance et respect de la vie privée

Copropriété - vidéo surveillance et respect de la vie privée

Publié le : 27/07/2011 27 juillet juil. 07 2011

Les moyens et techniques de vidéo-surveillance se sont développés au point que le marché les met à disposition des particuliers. Ces systèmes sont de nature à contribuer à la prévention des agressions et à la protection des personnes et des biens.

Installation d'un système de vidéo-surveillance vers une voie d’accès commune à la copropriété

Evidemment, ces systèmes sont de nature à contribuer, efficacement, à la prévention des agressions et à la protection des personnes et des biens.

Mais à l’inverse, on imagine facilement combien ils sont aussi susceptibles de porter directement atteinte au principe, toujours renforcé, du respect de la vie privée et de son intimité.

Au point que la Loi LLOPSI 2 a strictement encadré les conditions de transmission aux forces de l’ordre des images susceptibles d’être captées par des systèmes de vidéo surveillance équipant les immeubles collectifs.

Un Arrêt, voué à une large publication, rendue le 11 mai 2011 par la Cour de Cassation illustre et règle l’antinomie des avantages et inconvénients de ce genre d’équipement.


Se sentant menacé, le propriétaire d’une villa, incluse dans un ensemble en copropriété, avait imaginé d’installer, dans les parties privatives de sa villa, une caméra équipée d’un projecteur à déclenchement automatique dirigé vers une voie d’accès commune à la copropriété.

Le Syndicat des Copropriétaires, qui n’avait pas été consulté, s’en plaignait et avait fait assigner, en référé, en réclamant l’enlèvement du système sous peine d’astreinte.

La Cour d’Appel de Bastia avait accueilli cette demande en considérant que le système, orienté vers des parties communes de la copropriété, constituait un trouble manifestement illicite.

A l’appui d’un pourvoi formé contre cet Arrêt, le copropriétaire faisait valoir :

Que le droit au respect dû à l’image des personnes susceptibles d’être filmées n’était pas altéré puisque les images enregistrées n’avaient pas vocation à être rendues publiques et que le système en assurait rapidement la destruction,

Que l’atteinte susceptible d’être apportée à la vie privée des mêmes personnes n’était pas disproportionnée par rapport à la légitime préoccupation de la protection des personnes et des biens, « le risque d’être filmé par les uns étant proportionné aux risques encourus par les autres ».


L’Arrêt commenté :

I- Rejette le pourvoi au motif que le système litigieux « compromettait de manière intolérable les droits détenus par chacun d‘eux (les autres copropriétaires) dans leur libre exercice de leurs droits sur les parties communes ».

Ainsi est nettement privilégié le respect des droits de la personnalité, préféré à la préoccupation, fut-elle légitime, de défense des personnes et des biens.

II- Cependant, l’Arrêt réserve, de manière tout à fait expresse, l’hypothèse dans laquelle un consentement à l’installation du système aurait été requis et délivré par la copropriété.

Les Articles 25 et 25-1 de la Loi du 10 JUILLET 1965 décident que :« Les travaux à effectuer sur les parties communes en vue de prévenir les atteintes aux personnes et aux biens, » ne sont votés qu’à une majorité qualifiée de l’Assemblée Générale de la copropriété.

L’autorisation délivrée à un copropriétaire d’installer sur son lot un système visionnant des parties communes parait être subordonnée à un vote unanime.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Frédéric Prochasson - Fotolia.com

Auteur

SCP FORTUNET & Associés
Cabinet
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.