Le nouvel indice des loyers commerciaux

Publié le : 31/12/2008 31 décembre déc. 12 2008

Un nouvel indice de révision des baux commerciaux a été créé par la loi dite de modernisation de l’économie du 5 août 2008. Le décret d’application (n° 2008-1139) est paru le 4 novembre 2008. Il s’agit de l’indice des loyers commerciaux (ILC).

L'indice de révision des baux commerciauxPourquoi un nouvel indice ?

Jusqu’à présent, les loyers commerciaux étaient indexés sur l’indice du coût de la construction (ICC) publié chaque trimestre par l’INSEE. Or, il était déploré que cet indice augmentait plus vite que l’évolution du chiffre d’affaires moyen des entreprises.

Pour remédier à cette évolution asymétrique entre chiffre d’affaires et indice de revalorisation, le législateur a créé un nouvel indice qui est le panachage de trois autres indices : l’indice des prix à la consommation pour 50 %, celui du coût de la construction pour 25 % et l’indice du chiffre d’affaires du commerce de détail en valeur pour le reste.


Pour qui ?

L’ILC concerne uniquement les locataires commerçants inscrits au RCS et les artisans. En sont exclues les activités industrielles ou celles qui sont exercées dans des immeubles à usage exclusif de bureaux ou dans des plateformes logistiques, comme les entrepôts.

Cet indice des loyers commerciaux est un nouvel indice. En conséquence, il ne se substitue pas à l’ancien indice du coût de la construction, lequel continue de s’appliquer aux baux en cours.


Quel est l’intérêt d’adopter un tel indice ? L’adoption de l’ILC peut être un argument dans la location de locaux commerciaux dans la mesure où le loyer mentionné au bail augmentera moins vite que l’indice du coût de la construction.

Toutefois, l’intérêt d’un tel indice est surtout du côté du locataire. En effet, en glissement annuel, l’ILC a augmenté de 3,85 % alors que l’ICC a connu une augmentation de 8,85 %, soit 5 points de plus.

Le bailleur, pour sa part, mesurera l’impact de l’adoption d’un tel indice car il perdra des revenus locatifs par rapport à l’indice du coût de la construction, et verra donc une baisse de sa rentabilité. Or, le prix de vente d’un bien immobilier, surtout à usage commercial, se calcule notamment en considération de la rentabilité des loyers pratiqués.


Votre avocat EUROJURIS saura vous conseiller utilement dans le choix de l’indice le plus adapté à vos intérêts, tout comme il vous accompagnera dans la rédaction des baux commerciaux en retenant les hypothèses qui vous seront les plus favorables.


Loïc CONRAD et Frédéric FAUVERGUE.





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < 1 2 3 4 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.