Société créée de fait entre époux, par l'ONB

Publié le : 26/12/2008 26 décembre déc. 12 2008

La preuve de l’existence d’une société créée de fait peut être rapportée par tous moyens, mais il convient de démontrer la volonté des parties de créer et d’exercer l’activité en cause de façon effective et à compte commun.

Société créée de fait et éléments de preuveL’ex-conjoint d’un commerçant, marié sous un régime de séparation de biens, a invoqué, dans le cadre de leur procédure de divorce, sa collaboration sans rétribution à l’exploitation du fonds de commerce donnant naissance à une société créée de fait entre eux et a demandé la liquidation de cette société de fait.

Le pourvoi est rejeté.

Les éléments de preuve fournis ne permettaient, pas au cas considéré, de démontrer l’existence d’une volonté commune des époux de s’associer sur un pied d’égalité en partageant les bénéfices et les pertes dès lors que le compte commercial de l’entreprise n’avait fonctionné que sous la signature de l’époux commerçant inscrit au registre du commerce et des sociétés (RCS).

Les tâches accomplies par l’autre conjoint ne se rapportaient pas à la responsabilité de la gestion du fonds. La société de fait entre les ex-époux n’est donc pas démontrée.

La preuve de l’existence d’une société créée de fait peut être rapportée par tous moyens, mais il convient de démontrer la volonté des parties de créer et d’exercer l’activité en cause de façon effective et à compte commun.

Mme X. faisait aussi grief à l’arrêt de la cour d’appel attaqué de l’avoir déboutée de sa demande fondée sur l’enrichissement sans cause, alors, selon elle :

qu’en déniant tout droit à indemnisation à son profit bien que sa collaboration sans rémunération à l’activité professionnelle de son époux ait excédé son obligation normale de contribuer aux charges du mariage, la cour d’appel a violé l’article 1371 du Code civil ;

et que le dévouement et les sentiments d’un époux à l’égard de l’autre, qui se développent dans la perspective durable du mariage et de la communauté en résultant, ne peuvent donner, en cas de divorce, de cause à un enrichissement exorbitant de ce dernier ; qu’en statuant par des motifs inopérants, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1371 du code civil.

La cour de cassation rejette aussi ce moyen.

Ayant souverainement estimé que Mme X. avait agi dans une intention libérale et que son investissement dans le commerce de son mari avait pour cause les liens d’affection qui l’unissaient à M X., la cour d’appel a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision

RéférenceCour de cassation, 1re Chambre civ., 3 décembre 2008 (pourvoi n° 07-13.043), rejet. L'auteur de cet articleAller sur le site de l'Office Notarial de Baillargues.





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 87 88 89 90 91 92 93 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.