Réforme de la carte judiciaire : dommages collatéraux !

Réforme de la carte judiciaire : dommages collatéraux !

Publié le : 26/02/2014 26 février Fév. 2014
Dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire, instituée en 2008, la compétence commerciale du Tribunal de Grande Instance de Guingamp a été supprimée par le décret n° 2009-1629 du 23 décembre 2009 au profit du Tribunal de Commerce de Saint-Brieuc.

L’article R 743-13 du Code de Commerce prévoit qu’en cas de réduction du ressort du Tribunal de Grande Instance ou de suppression de sa compétence commerciale, les greffiers des Tribunaux de Commerce qui sont créés ou dont le ressort est agrandi, versent une indemnité à l’Etat.

Ainsi, l’Agent Judiciaire du Trésor par un courrier du 17 décembre 2010, après avoir unilatéralement déterminé le montant de l’indemnité due à l’Etat par le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc à la somme de 687.517 €, a saisi la commission nommée par arrêté du 22 avril 2008 modifié le 2 novembre 2010 afin qu’elle émette une proposition relative à la fixation de ladite indemnité.

La commission chargée de proposer au Garde des Sceaux et au Ministre du Budget le montant de l’indemnité due à l’Etat du fait de la suppression de la chambre commerciale du T.G.I de Guingamp a alors invité le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc par courrier du 23 décembre 2010 a présenter ses observations lors de sa séance du 31 janvier 2011 au cours de laquelle ce dernier a indiqué que selon ses éléments de référence la somme qu’il estimait devoir à l’Etat s’élevait à un montant de 389.657 €.

Par une proposition en date du 8 mars 2011, la commission a arrêté à la somme de 576.000 € le montant de l’indemnité due à l’Etat par le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc.

Le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc qui conteste le chiffrage retenu par la commission, a, par courrier recommandé avec accusé de réception du 23 mars 2011, saisi le Ministre de la Justice et le Ministre du Budget afin que l’indemnité dont il était redevable à l’Etat soit fixée à un montant de 389.657 €.

Cependant, et malgré les éléments détaillés et circonstanciés produits par le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc, aux termes de leur arrêté conjoint du 24 novembre 2011, le Ministre de la Justice et le Ministre du Budget ont fixé à 606.444 € la somme que devait verser à l’Etat l’intéressé du fait de la suppression de la chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Guingamp.

Persistant à considérer que la somme qui lui est réclamée est supérieure à celle qu’il devrait normalement verser à l’Etat, le greffier du Tribunal de Commerce de Saint Brieuc, afin d’être consacré dans ses droits, n’a eu d’autre choix que de saisir le Tribunal Administratif de Rennes d’un recours contentieux dirigé contre l’arrêté conjoint du Ministre de la Justice et du Ministre du Budget du 24 novembre 2011.

Parallèlement à cette première procédure, un titre de perception a également été émis par le Ministre du Budget afin de recouvrer la somme qu’il estimait revenir à l’Etat au titre de la suppression de la chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Guingamp.

Dans son jugement du 14 février 2014, le Tribunal Administratif de Rennes a annulé l’arrêté querellé du 24 novembre 2011 au motif que les Ministres concernés devaient soit se conformer au montant de l’indemnité tel que fixé par la commission aux termes de son avis en date du 8 mars 2011, soit solliciter de nouveau l’avis de ladite commission sur le chiffrage qu’ils souhaitaient retenir (T.A de Rennes 14 février 2014 « Monsieur X c/ Ministre du Budget et Ministre de la Justice » req. n° 1200298 & 1202978).

Par voie de conséquence, le titre de perception découlant de l’arrêté censuré a lui aussi été annulé pour défaut de base légale d’autant que ne comportant aucune signature de son auteur, il méconnaissait les dispositions de l’article 4 de la loi du 12 avril 2000.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Albachiaraa - Fotolia.com

Auteur

CAZO Marc
Avocat Collaborateur
LEXCAP RENNES – DRUAIS LAHALLE & ROUHAUD
RENNES (35)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.