Le CGPP a-t-il pour effet de déclasser le domaine public virtuel existant ?

Le CGPP a-t-il pour effet de déclasser le domaine public virtuel existant ?

Publié le : 08/10/2013 08 octobre oct. 10 2013

Non. L'entrée en vigueur du CGPPP n'a pas eu pour effet de déclasser les dépendances considérées comme faisant partie du domaine public par application de la théorie dite "de la domanialité publique par anticipation" ou "du domaine public virtuel".

Domaine public virtuel existantLe Conseil d'Etat vient de préciser que l'entrée en vigueur du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques (CGPPP) n'avait pas eu pour effet de déclasser les dépendances considérées comme faisant partie du domaine public par application de la théorie dite "de la domanialité publique par anticipation" ou "du domaine public virtuel".

Pour comprendre cette solution, il faut se rappeler qu'avant l'entrée en vigueur du CGPPP (le 1er juillet 2006), un bien non affecté à l'usage du public faisait partie du domaine public dès lors que :

1. Ce bien avait été affecté au service public,
2. Ce bien avait été spécialement aménagé pour ce service public.

Toutefois, la jurisprudence a admis la théorie dite "de la domanialité publique par anticipation" ou "du domaine public virtuel" pour considérer que ledit bien était soumis aux principes de la domanialité publique dès lors que l'administration prévoit de façon certaine cet aménagement (CE, 6 mai 1985 : n° 41589 ; CE, avis, 31 janvier : n° 356960).

Le CGPPP devait mettre fin à cette théorie comme l'expose le rapport de présentation de l'ordonnance qui a institué ce code.

Malheureusement, la définition de la propriété publique de l'article L. 2111-1 n'est pas explicite sur ce point. Ce manque de clarté a été à l'origine d'incertitudes doctrinales et jurisprudentielles sur cette évolution souhaitée par les rédacteurs du code mais n’y figurant pas explicitement.

Le Conseil d'Etat vient de décider : « l’article L. 2111-1 du Code général de la propriété des personnes publiques exige, pour qu’un bien affecté au service public constitue une dépendance du domaine public, que ce bien fasse déjà l’objet d’un aménagement indispensable à l’exécution des missions de ce service public », mettant ainsi un terme à toute discussion : le CGPPP met bien fin à la théorie du domaine public virtuel.

Une question demeurait : celle de savoir si les biens incorporés au domaine public à la faveur de cette théorie devaient être considérés comme déclassés par l'entrée en vigueur du CGPPP.

La haute juridiction répond très précisément à cette question en énonçant "l'entrée en vigueur de ce code n'a pu, par elle-même, avoir pour effet d'entraîner le déclassement de dépendances qui, n'ayant encore fait l'objet d'aucun aménagement, appartenaient antérieurement au domaine public en application de la règle énoncée ci-dessus, alors même qu'en l'absence de réalisation de l'aménagement prévu, elles ne rempliraient pas l'une des conditions fixées depuis le 1er juillet 2006 par l'article L. 2111-1 du code général de la propriété des personnes publiques qui exige, pour qu'un bien affecté au service public constitue une dépendance du domaine public, que ce bien fasse déjà l'objet d'un aménagement indispensable à l'exécution des missions de ce service public."

Cette solution s'inscrit dans la droite ligne tracée par un précédent arrêt qui avait considéré que le CGPPP ne pouvait avoir pour effet de déclasser des dépendances appartenant antérieurement au domaine public et qui, depuis l'entrée en vigueur du Code (1er juillet 2006), ne remplissent pas les conditions que ce denier édicte (CE, 3 octobre 2012 : n° 353915).

Il opère ainsi une clarification bienvenue.


CE, 8 avril 2013 : n° 363738.

L'auteur de l'article:Xavier HEYMANS, avocat à Bordeaux.

Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat- Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.