Information sur les dangers de la cigarette : SEITA 2 - FUMEUR 0

Publié le : 23/11/2007 23 novembre Nov. 2007
La 1ère Chambre civile de la Cour de cassation par un arrêt du 8 novembre 2007 (Ch. Civ 1. n° de pourvoi 06-15873) rejette le pourvoi formé contre un arrêt de la Cour d'appel Montpellier du 22 mars 2006 qui avait refusé d'indemniser la famille d'une personne décédée d'un cancer provoqué par la consommation prolongée de tabac.

Absence de lien de causalitéL'époux d'une femme décédée d'un cancer bronchique, ses trois enfants, et les deux sœurs de la défunte avaient assigné la Société SEITA devenue ALTADIS au motif que sa maladie et son décès était dû à une consommation depuis l'âge de 13 ans de Gauloise Brune.

La mise en jeu de la responsabilité de la SEITA était principalement fondée sur le devoir pour la SEITA d'informer le public de la nocivité de ses produits. Elle était à l'origine fondée également sur la responsabilité du fabricant du fait des produits défectueux mais ce fondement a été abandonné en cours d'instance.

La Cour d'appel de MONTPELLIER a débouté ces derniers de leurs demandes d'indemnisation en considérant :

- qu'au moment où elle avait commencé à fumer, à 13 ans, il était largement fait état dans les médias des risques de maladies liées au tabac et que ces parents auraient dû l'avertir de ces méfaits à l'époque,

- et, qu'une fois devenue majeure, elle avait nécessairement été informée au moment du suivi médical de ses grossesses des risques liés à la consommation de tabac.

La Cour de cassation a confirmé cette décision estimant que les éléments retenus par la Cour lui permettaient d'en déduire qu'il n'existait pas de lien de causalité entre la faute imputée à la SEITA et le décès de la personne ayant fumé.

Cette décision confirme la jurisprudence (Seita c/ Gourlain - Cass. 2e civ., 20 nov. 2003, n° 01-17.977).

La Cour de cassation se montre pragmatique et évalue le degré d'information sur la dangerosité des cigarettes à l'époque en retenant comme critère la médiatisation générale des risques et l'information médicale qui a dû être dispensée à la fumeuse. La Cour ne se cantonne pas aux seules informations légales inexistantes jusqu'en 1976 (Loi Veil n° 76-616 du 9 juillet 1976) et inscrit les médias comme une voie normale d'information sur les risques liés à la consommation de certains produits.

La Cour de cassation considère également qu'il appartenait aux parents de prévenir leur fille mineure des méfaits du tabac. La cour réaffirme ainsi que les parents sont titulaires des l'autorité parentale et chargés de veiller à la sécurité ainsi qu'à la santé de leurs enfants.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

VIBERT Olivier
Avocat Associé
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.