La jurisprudence fleuve sur le formalisme de la mention manuscrite se poursuit

La jurisprudence fleuve sur le formalisme de la mention manuscrite se poursuit

Publié le : 06/12/2013 06 décembre Déc. 2013
La question du formalisme de la mention manuscrite ne cesse de donner du travail aux juges. La Cour de cassation poursuit son minutieux travail.

Cautionnement et formalisme de la mention manuscriteVu le nombre de décision sur cette question, nous ne sommes plus sur du travail de précision mais sur de l'orfèvrerie de luxe.

Examinons donc les deux récentes solutions apportées par ces décisions.

Cour de cassation, Chambre civile 1, 11 septembre 2013, Pourvoi n°12-19094
et Cour de cassation, Chambre Commerciale, 17 septembre 2013, pourvoi n°12-13577.

Dans la première décision, il s'agissait d'un dirigeant personne physique qui s'engage en qualité de caution pour un prêt consenti à sa société. Nous étions donc sur le terrain des articles L 341-2 et L 341-3 du code de la consommation.

La caution contestait la validité de son engagement au motif que la mention de l'article L 341-2 et celle de l'article L 341-3 du code de la consommation étaient séparées par ne virgule et non par un point.

La caution suivie par la cour d'appel estimait que son consentement avait été vicié par cette erreur de ponctuation car la phrase devenait totalement incompréhensible.

La Chambre civile de la cour de cassation refuse cependant que les erreurs de ponctuations en cause n'affectent la portée des mentions manuscrites.

« ni l'omission d'un point ni la substitution d'une virgule à un point entre la formule caractérisant l'engagement de caution et celle relative à la solidarité, ni l'apposition d'une minuscule au lieu d'une majuscule au début de la seconde de ces formules, n'affectent la portée des mentions manuscrites conformes pour le surplus aux dispositions légales ».




Dans la seconde décision, les faits sont similaires.

Un engagement de caution est demandé au dirigeant d'une société. La société tombe en liquidation judiciaire, la caution est actionnée par la banque mais elle conteste son engagement.

La caution plaide que la signature n'avait pas été apposée en dessous de la mention manuscrite mais au-dessus.

Or l'article L 341-2 précise que la mention manuscrite précède la signature : « Toute personne physique qui s'engage par acte sous seing privé en qualité de caution envers un créancier professionnel doit, à peine de nullité de son engagement, faire précéder sa signature de la mention manuscrite suivante, et uniquement de celle-ci (...) »

La cour d'appel annule le cautionnement. La banque forme un pourvoi.

La Cour de cassation confirme la décision d'appel en rejetant le pourvoi.

Elle estime en effet que les termes de l'article L 341-2 n'ont pas été respectés car la signature n'avait pas été apposée en bas de la mention manuscrite mais au-dessus.

« l'article L. 341-2 du code de la consommation prescrit à peine de nullité que l'engagement manuscrit émanant de la caution précède sa signature ; qu'ayant constaté que la caution avait apposé sa signature immédiatement sous les clauses pré-imprimées de l'acte et inscrit la mention manuscrite légalement requise sous sa signature, sans la réitérer sous cette mention, la cour d'appel en a exactement déduit que cet engagement était nul ».

Conclusions : peu importe la ponctuation même si elle rend le texte de la mention manuscrite incompréhensible mais en revanche attention à l'emplacement de la signature car la nullité est alors expressément prévue et l'engagement de caution est donc nul.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Bruce Shippee - Fotolia.comDans la seconde décision, les faits sont similaires.

Auteur

VIBERT Olivier
Avocat Associé
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.