SAS et licenciements : Attention Danger !

Publié le : 28/01/2010 28 janvier janv. 01 2010

Des organisations ont engagé un combat judiciaire dont le but est de faire juger que, dans les SAS, les licenciements dans lesquels la lettre de rupture n'est pas signée par le président ou, par un délégataire répondant à diverses conditions, sont nuls.

Signature de la lettre de licenciementDifférentes organisations syndicales ont engagé un combat judiciaire dont le but est de faire juger par les tribunaux que, dans les SAS (société par actions simplifiée), les licenciements dans lesquels la lettre de rupture n'est pas signée par le président ou, par un délégataire répondant à diverses conditions strictes, sont nuls. La conséquence est que le salarié peut obtenir, même en référé, sa réintégration ou les mêmes dommages-intérêts que si son licenciement avait été dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Le raisonnement syllogistique est le suivant :

- dans les SAS, le seul organe prévu par la loi pour représenter la société à l'égard des tiers est le président,

- les statuts peuvent prévoir les conditions dans lesquelles une ou plusieurs personnes, portant le titre de directeur général ou de directeur général délégué, peuvent exercer les pouvoirs du président,

- Or le salarié est un tiers au sens de l'article L.227-6 du Code de commerce,

- Donc le pouvoir du président d'une SAS de licencier ne peut être confié qu'à un directeur général ou un directeur général délégué, à la double condition que cette délégation soit prévue par les statuts, qu'elle ait été expressément donnée et qu'elle ait été publiée au registre du commerce et des sociétés.


Malheureusement pour les SAS, 3 cours d'Appel ont approuvé ce raisonnement (Versailles, Colmar et Paris, le 19 janvier 2010) On peut espérer que cette jurisprudence ne résistera pas à la censure de la Cour de Cassation au motif, notamment, que le salarié n'est évidemment pas un tiers au sens de l'article L.227-6 du code de commerce.

En attendant, une éventuelle censure de la Cour de Cassation, il faut être vigilant et les chefs d'entreprises qui ont choisi cette forme juridique doivent être avertis du danger !

En l'état, il paraît prudent, soit de vérifier que les délégations en cours dans l'entreprise répondent aux exigences énoncées, soit de décider que toutes les lettres de licenciement seront systématiquement signées par le Président.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DUCORPS Pierre-Louis
Avocat Associé
KPDB Avocats
BORDEAUX (33)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 74 75 76 77 78 79 80 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.