Premiers effets de la suppression des avoués: augmentation du coût du procès en appel

Publié le : 10/02/2010 10 février Fév. 2010
Le tarif rémunérant la procédure est définitivement supprimé, et, le coût du procès est augmenté par l’institution d’un droit d'appel dû par toutes les parties à l'instance d'appel fixé à 150 €.

Coût du procès en appelConformément à la proposition de la Commission Attali, le gouvernement a voulu supprimer la profession d'avoué.

Cette suppression semble aujourd’hui acquise.

Elle s’inscrit à la suite du rapport « Attali », dans la libéralisation des services destinée à favoriser la croissance, et serait justifiée a-t-on dit par la nécessité de faciliter les prestations de services juridiques entre les pays membres de l’Union Européenne, mais aussi par la volonté de réduire le coût du procès en appel considéré comme trop élevé.

Sans parler de ce qui constitue, de notre point de vue, un recul au regard de la sécurité juridique et judiciaire, on peut affirmer, à la lecture des textes déjà votés que la réforme loin de réduire le coût du procès en appel va au contraire l'augmenter.

C’est ce que garantissent à eux 2, l'article 5 du projet modifiant l'article 10 de la loi du 31 décembre 1971, qui a fait l’objet d’un vote conforme par l'Assemblée nationale et par le Sénat les 6 octobre et 22 décembre 2009, auquel il faut ajouter l'article 54 de la loi de finances rectificative n° 2009-1674 du 30 décembre 2009.

En effet d’une part, le tarif rémunérant la procédure est définitivement supprimé, ce qui ouvre la voie aux honoraires libres et à leurs dérives, le nouveau concept « d’honoraire répétible » inventé par le CNB n’y changera rien dans la mesure où son paiement n’a pas été rendu obligatoire par le client de l’avocat.

D’autre part, le coût du procès est augmenté par l’institution d’un droit d'appel dû par toutes les parties à l'instance d'appel fixé à 150 €.

Voici donc apparus les premiers dégâts de la réforme sans parler de ceux qui surgiront par l’effet du décret n° 2009-1524 du 9 décembre 2009 modifiant les règles de procédure en appel pour les appels formés à compter du 1er janvier 2011.

Le justiciable risque malheureusement de faire encore une fois les frais de ces réformes à tous prix.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

SILLARD Gilles-Antoine
Avocat Associé
SILLARD CORDIER & Associés
VERSAILLES (78)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 71 72 73 74 75 76 77 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.