Vous êtes ici :
Le mariage posthume

Le mariage posthume

Publié le : 01/09/2017 01 septembre sept. 2017

Xavier JUGELE, policier disparu tragiquement  le 20 avril 2017 lors d’un attentat sur les Champs Elysées, a été  marié  à titre posthume le 30 mai suivant à la mairie du 14ème arrondissement de Paris à son compagnon Etienne Cardilès avec lequel il avait contracté un PACS.
 
Le chef de l’Etat et la maire de Paris étaient présents lors de la cérémonie dont  les médias se sont largement fait l’écho, mettant ainsi sous le feu des projecteurs cette procédure particulière, rare et dérogatoire aux principes généraux du droit.
 
L’article 146 du Code Civil est aussi clair que concis : « Il n’y a pas de mariage lorsqu’il n’y a point de consentement.».
 
Le consentement est une notion juridique majeure ; pour être valide, il doit être clairement exprimé et exempt de vice.
 
Un défunt étant par définition incapable d’exprimer un quelconque consentement, un mariage posthume semblerait  à priori impossible.
 
Le législateur a néanmoins prévu à  l’article 171 du Code Civil une procédure très spécifique pour permettre dans certains cas le mariage entre une personne vivante et une personne décédée.
 
Les guerres sont à l’origine de ce concept : il s’agissait en effet de permettre à des  femmes ayant perdu leurs compagnons au front d’obtenir  le statut d’enfant légitime pour l’enfant qu’elles attendaient du défunt  et de pouvoir bénéficier d'une pension. 
 
Le principe apparait dans le Code Civil dès 1803.
 
Puis, le drame du  barrage de Malpasset  dont la rupture a entrainé en 1959 la mort de 423 personnes, a suscité un aménagement des textes, le mariage d’une des victimes étant prévu quinze jours après les faits. 
 
La rédaction de l’article 171 est devenue la suivante :
« Le Président de la République peut, pour des motifs graves, autoriser la célébration du mariage si l'un des futurs époux est décédé après l'accomplissement de formalités officielles marquant sans équivoque son consentement.
 
Dans ce cas, les effets du mariage remontent à la date du jour précédant celui du décès de l'époux.
Toutefois, ce mariage n'entraîne aucun droit de succession ab intestat au profit de l'époux survivant et aucun régime matrimonial n'est réputé avoir existé entre les époux. »
 
Le  législateur, pour s’assurer du consentement du conjoint décédé, exigeait alors les justificatifs  de la mise en œuvre de formalités officielles préalables à la cérémonie de mariage telles  que la publication des bans ou, à défaut, un certificat prénuptial datant de moins de trois mois.
 
Les critères apparaissant trop rigides dès l’instant où  d’autres éléments que les formalités officielles pouvaient permettre de s’assurer du consentement du conjoint décédé de son vivant, la loi a été assouplie en 2011.
 
Le texte a été modifié uniquement en son alinéa 1 qui est désormais le suivant :
« Le Président de la République peut, pour des motifs graves, autoriser la célébration du mariage en cas de décès de l'un des futurs époux, dès lors qu'une réunion suffisante de faits établit sans équivoque son consentement.»
 
C’est donc  au Président de la République qu’il revient de décider, au vu du dossier,  de la réalité du consentement du défunt à son mariage de son vivant.
Si  la procédure peut être longue, elle reste  assez simple.
 
Le dossier comprendra :
 
  • une demande motivée accompagnée des actes d’état-civil
  • les justificatifs du consentement non équivoque du défunt,  la preuve étant assez libre.
  • les justificatifs  d’une « cause grave » 
  • Le consentement des parents de chacun des futurs époux au mariage 
et sera transmis au service du Sceau qui recueillera l’avis tant du procureur général  de la Cour d’Appel que du procureur de la République du Tribunal de Grande Instance dans le ressort desquels se situe le domicile du demandeur au mariage posthume ; il sera ensuite communiqué  au Président de la République qui donnera ou refusera son autorisation selon qu’il aura ou non la conviction du consentement du défunt à un engagement matrimonial.
 
Les éléments de preuve admissibles constituent un véritable inventaire à la Prévert : accomplissement de formalités officielles (publication des bans, retrait d’un dossier de mariage), rédaction d’un contrat de mariage, réservation d’une salle pour les festivités, commandes diverses (traiteur, photographe, etc…), achat d’un costume, d’une robe, d’alliances, attestation d’une réunion de préparation d’un mariage religieux (dont on rappellera qu’il ne peut avoir lieu que s’il est précédé d’une union civile), témoignages des parents, des familles, de l’entourage amical ou professionnel etc…
 
La  « cause grave » quant à elle est constituée par la présence d’un ou plusieurs enfants communs, par la stabilité et l’ancienneté de la vie commune  ou encore  par la seule circonstances du décès (guerre ou  attentat).
 
Les conséquences du mariage posthume sont un peu différentes de celles d’un mariage ordinaire puisque, si le conjoint veuf pourra se voir attribuer le nom de son conjoint et bénéficier le cas échéant  des droits tels qu’une pension de réversion ou une assurance veuvage, il ne pourra par contre  prétendre à aucun  droit successoral
 
Par ailleurs, et depuis la loi de 2004 sur le statut de l’enfant né hors mariage, désormais assimilé à l’enfant légitime quant à ses droits, l’argument de la légitimation de l’enfant à naitre a perdu de sa force.
 
L’avocat pourra jouer un rôle de conseil en appréciant les chances de succès d’une telle procédure et, le cas échéant,  en participant à la constitution du dossier.
 
Le mariage posthume reste une curiosité juridique relativement confidentielle puisqu’il n’en est célébré qu’une cinquantaine en France chaque année ; on conçoit bien néanmoins la charge émotionnelle bien particulière d’une telle cérémonie, nécessairement consécutive à un drame humain.
D’où la forte médiatisation du mariage posthume de Xavier JUGELE, qui, à titre posthume également, s’est vu attribuer le grade de Capitaine. 


Cet article n'engage que son auteur.


Crédit photo : © Christophe Fouquin - Fotolia.com
 

Auteur

Marie-Cécile BIZARD
Avocat Associée
CRTD & Associés NANTERRE, CRTD & Associés PARIS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 16 17 18 19 20 21 22 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.