Les travaux par les bailleurs et locataires

Les travaux par les bailleurs et locataires

Publié le : 03/10/2011 03 octobre oct. 10 2011

Le locataire est tenu de l’entretien courant du logement, mais également des équipements mentionnés au contrat de bail.

Quels travaux peut effectuer un locataire? Quels travaux sont à la charge du bailleur?
Le bail d’habitation, comme chacun sait, est régi par la loi du 6 juillet 1989.

Son article 7 d prévoit que le locataire est tenu juridiquement de « prendre à sa charge l'entretien courant du logement, des équipements mentionnés au contrat et les menues réparations ainsi que l'ensemble des réparations locatives définies par décret en Conseil d'Etat, sauf si elles sont occasionnées par vétusté, malfaçon, vice de construction, cas fortuit ou force majeure ».

Toutefois, et alors même que la loi est désormais ancienne puisque de 1989, le décret annoncé n’est à ce jour toujours pas paru.

Le décret antérieur à la loi de 1989 est donc toujours applicable : il s’agit du décret du 26 août 1987.

Il ressort de ce décret que le locataire est tenu de l’entretien courant du logement, mais également des équipements mentionnés au contrat de bail (cuve à fuel, piscine…).

Il faut donc être vigilent sur la rédaction du bail, afin d’éviter toute incertitude.

Hormis les cas visés expressément par le décret de 1987, il faut retenir pour l’essentiel que :

- les réparations d’entretien ayant pour objet de maintenir l’immeuble en état sont à la charge du propriétaire,
- à l’inverse, les mesures à prendre au quotidien à peu de frais sont à la charge du locataire.

Ce critère de distinction ne s’applique que dans les cas non prévus de manière explicite par le décret de 1987.

S’agissant non plus de l’entretien mais des réparations, le locataire est tenu des « menues réparations » et des « réparations locatives » dont la liste est fixé par le décret.

En revanche, le locataire n’a pas à effectuer les réparations même menues ou locatives qui auraient été occasionnées par vétusté, malfaçon, vice de construction, cas fortuit ou force majeure.

La Cour de Cassation semble sur ce point considérer qu’une occupation prolongée du logement laisse présumer que les dégradations sont dues à la vétusté.

Si le locataire n’exécute pas ses obligations, le bailleur pourra à son choix :

- le contraindre judiciairement à le faire,
- effectuer lui-même les réparations nécessaires,
- ou solliciter la résiliation judiciaire du bail.


En cours de bail, le locataire peut parfois être tenté d’effectuer à ses frais des travaux d’aménagement ou de transformation.

S’agissant ici d’effectuer des travaux dans un logement appartenant à autrui, il faut délimiter ce que le locataire peut faire sans être tenu d’obtenir l’agrément du propriétaire.

D’une manière générale, le propriétaire ne peut pas s’opposer à des travaux d’aménagement par le locataire, dès lors que ces travaux ne constituent pas une transformation de la chose louée (article 6 de la loi de 1989) :

- s’il s’agit de travaux de simple aménagement, le locataire n’a pas besoin de l’accord du bailleur,
- s’il s’agit au contraire de travaux de transformation, le locataire doit préalablement obtenir l’accord du bailleur propriétaire.

Aucun critère précis de distinction n’a toutefois été fixé par la loi de 1989, ni par décret.

Il appartient donc à la jurisprudence de distinguer les 2 régimes.

A l’examen de la jurisprudence, il semble que la notion de transformation suppose que les travaux affectent les parties ou équipements essentiels du bien (les gros murs, la suppression de cloisons, le changement de distribution intérieure du bien loué, le remplacement d’un mode de chauffage par un autre…).

Il reste enfin à envisager le sort des travaux effectués :

- si le locataire effectue, à tort, des travaux de transformation sans autorisation, le bailleur pourra exiger une remise en état immédiatement ou en fin de bail, aux frais du locataire ; il pourra également, au contraire, conserver les transformations sans indemnisation,

- en cas de travaux d’aménagement, le bailleur ne pourra pas exiger de remise en état ; ces travaux lui restent ainsi acquis, sans pour autant que le locataire (ni le bailleur) ne puisse solliciter d’indemnisation.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © herreneck - Fotolia.com

Auteur

BOMMELAER Benoît
Avocat Collaborateur
CORNET, VINCENT, SEGUREL RENNES
RENNES (35)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 62 63 64 65 66 67 68 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.