La lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs

Publié le : 23/10/2009 23 octobre oct. 2009
La loi du 10 août 2007 a renforcé la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs, en instaurant des peines minimales privatives de liberté, plus communément appelées "peine plancher", en cas de première et deuxième récidive.

La loi du 10 août 2007Il ne vous a pas échappé qu'une Loi en date du 10 août 2007 est intervenue, renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs, laquelle instaure des peines minimales privatives de liberté, plus communément appelées "peine plancher", en cas de première et deuxième récidive.

Cette répression pénale accentuée concerne tant les majeurs que les mineurs.

L'Avocat, qui est fortement attaché à l'individualisation des peines et au caractère subsidiaire du prononcé d'une peine pour les mineurs, s'attachera toujours à examiner dans le cadre de la défense qui lui est confiée si la récidive est bien constituée.

Si la récidive est constituée, il y a des possibilités pour le Tribunal de ne pas appliquer la peine plancher par le biais d'une décision motivée, c'est-à-dire explicite ;

Ainsi, en cas de première récidive, doivent être pris en compte trois critères, qui ne sont pas cumulatifs, à savoir :

- la personnalité de l'auteur de l'infraction
- les circonstances de l'infraction
- les garanties d'insertion ou de réinsertion que peut présenter l'auteur de l'infraction

Concernant la deuxième récidive, il faudra que le prévenu ou l'accusé présente des garanties exceptionnelles d'insertion ou de réinsertion.

Certaines des dispositions de la Loi ont été reportées au 1er mars 2008 et elles intéressent, tout particulièrement, le suivi socio judiciaire destiné à prévenir la récidive.

Ainsi à compter du 1er mars 2008, tous ceux qui seront condamnés à un suivi socio judiciaire, devront se soumettre à une injonction de soins, chaque fois qu'une expertise aura déterminé si la personne condamnée est susceptible de faire l'objet d'un traitement.

Contrairement aux textes précédents, il y aura désormais automaticité de l'injonction de soins, car la Loi a supprimé le consentement du condamné lui-même à cette mesure.

DELEPLANQUE-SEGARD Christine Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 76 77 78 79 80 81 82 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.