Hadopi: publication du dernier décret

Hadopi: publication du dernier décret

Publié le : 04/08/2010 04 août août 08 2010

Le dernier décret nécessaire à la mise en application de la loi Hadopi est paru au Journal Officiel le 27 juillet 2010.

Lutte contre le téléchargement illégal sur internet
Le décret du 27 juillet précise la procédure de saisine de la commission de protection des droits (CDP) de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI).

Les agents assermentés des ayants droit de la musique ou du cinéma sont ainsi désormais habilités à transmettre à la CPD les adresses IP des contrevenants.

Cinq organismes ont été habilités à saisir la Haute Autorité : la Sacem, la SPPF, la SDRM et la SCPP pour la musique et l'ALPA pour le cinéma.

Le dispositif Hadopi repose sur un système de « réponse graduée »:

- Dès qu'une personne sera soupçonnée de télécharger illégalement des œuvres, l'Hadopi recueillera auprès des fournisseurs d'accès à Internet (FAI) l'identité de l'abonné correspondant à chaque adresse IP afin d'envoyer les courriels d’avertissement.

- S’ils ne rentrent pas dans le droit chemin, les contrevenants recevront ensuite une lettre recommandée.

- Si les téléchargements illégaux se poursuivent, la commission de protection des droits décidera au cas par cas de saisir la justice.

Les FAI disposent de huit jours pour transmettre à la HADOPI les informations demandées en vue de pouvoir identifier un abonné dont l'accès Internet a été utilisé pour du téléchargement illégal. Si le FAI ne coopère pas dans les délais impartis, il s'expose à une contravention de cinquième classe, soit une amende de 1 500 euros.

Par ailleurs, un décret d’application instituant l’infraction de négligence caractérisée permet de sanctionner le défaut de sécurisation d'un accès à Internet qui aura été utilisé pour du téléchargement illégal, notamment par l'installation d'une solution anti-P2P. La peine encourue est ainsi une amende de 1 500 euros à laquelle pourra s'ajouter une suspension de l'accès à Internet pendant une durée d'un mois.

A noter que la Haute autorité a déjà reçu ses premières plaintes. "Nous avons deux mois pour les faire suivre de recommandations" précise Mireille Imbert-Quaretta, la présidente de la Commission de protection des droits (CPD) en charge d'appliquer la riposte graduée. Ainsi, les premiers e-mails d'avertissement devraient partir au plus tard fin septembre.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Andrzej Puchta - Fotolia.com

Historique

<< < ... 70 71 72 73 74 75 76 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.