Donation de parts suivant l'apport d'un bien en nue-propriété

Publié le : 25/02/2008 25 février févr. 02 2008

Justifie sa décision la cour d'appel qui, pour retenir que des actes passés par un contribuable ne peuvent, par application de l'article L. 64 du Livre des procédures fiscales (LPF), être opposés à l'administration fiscale, fait ressortir que ces actes avaient pour seul but d'éluder les droits dont était passible l'opération réelle.

Abus de droit?Une mère avait constitué avec ses deux enfants une société civile de portefeuille à laquelle elle avait apporté la nue-propriété de valeurs mobilières valorisée économiquement, pour leur consentir une donation-partage neuf mois plus tard de la pleine propriété de ses parts.

Le juge voit dans cette opération à la fois une opération fictive et la motivation univoque d'éluder l'impôt. L'Administration est donc approuvée par la Cour de cassation d'avoir rétabli le jeu du barème fiscal de l'article 762 du Code général des impôts (CGI) alors applicable pour l'assiette de calcul des droits de donation.

La fictivité a été retenue en raison d'éléments dont aucun n'était complètement surprenant en pareil contexte: défaut de fonctionnement de la société, absence d'autonomie financière, absence d'apports réels des enfants (0,000041% par rapport à la valeur de l'apport de leur mère), défaut d'affectio societatis puisque la mère entendait conserver les revenus des obligations du Trésor ainsi que la maîtrise de son patrimoine.

Est donc requalifiable de donation directe de la nue-propriété l'apport de la nue-propriété d'un portefeuille évalué économiquement à une société civile, suivi d'une donation-partage aux enfants de la pleine propriété des parts rémunérant cet apport, dès lors que la fictivité de l'opération est révélée par des éléments intrinsèques.

RéférenceCour de cassation, Chambre com., fin. et économ., 15 mai 2007 (pourvoi n° 06-14262) rejet.Liens- Site de l'Office Notarial de Baillargues
- Donation
- Le Livre des Procédures Fiscales
- Nue-propriété
- Arrêt de la Cour de cassation du 15 mai 2007 Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 91 92 93 94 95 96 97 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.