Divorce par consentement mutuel, omission des dettes dans le partage

Publié le : 28/10/2009 28 octobre Oct. 2009
La convention que les époux doivent obligatoirement soumettre au Juge, en même temps que leur requête en divorce, doit identifier les biens et les dettes à partager et en décider la répartition.Omission de dettes ou de biens dans la convention homologuéeUn Arrêt rendu le 30 septembre 2009 par la Cour de Cassation parait achever la construction jurisprudentielle du traitement des omissions susceptibles d'affecter la convention de partage homologuée par un jugement de divorce par consentement mutuel.

En matière de divorce par consentement mutuel, les règles de procédure veulent et imposent qu'il soit, dans le même temps, procédé au divorce et au partage de la communauté ou de l'indivision entre époux.

Ainsi, la convention que les époux doivent obligatoirement soumettre au Juge, en même temps que leur requête en divorce, doit identifier les biens et les dettes à partager et en décider la répartition.

Le même et unique jugement prononcera le divorce et homologuera la convention, en lui conférant ainsi la valeur d'un acte judiciaire.

On sait que, lorsque les délais de recours ou les recours eux-mêmes sont épuisés, les décisions judiciaires passent "en force de chose jugée", ce qui signifie qu'elles deviennent intangibles.

D'où la question qui s'est posée lorsque, volontairement ou involontairement, les époux omettent de révéler et de régler le sort d'un bien ou d'une dette dans leur convention de partage.

Dans un premier temps, la jurisprudence dominante avait considéré que l'intangibilité du jugement d'homologation ne permettait pas de corriger l'omission, en tout cas autrement que par l'homologation d'une nouvelle convention.

Peu à peu, la jurisprudence s'est heureusement infléchie:

- Un Arrêt rendu en 2005 avait d'abord admis qu' "un époux divorcé demeure recevable à présenter une demande ultérieure tendant au partage complémentaire de biens communs omis "dans la convention homologuée :

Dans l'affaire commentée, il s'agissait de l'omission d'une dette commune:
La Cour d'Appel de CAEN en 2006 avait, au motif que la correction de l'omission était susceptible de "modifier considérablement l'économie de la convention…homologuée par le jugement" de divorce, renvoyé les époux à "une nouvelle convention soumise au contrôle du Juge".
L'Arrêt " condamnait" ainsi les ex époux en conflit…à se mettre d'accord contre leur gré !

- Le 30 septembre 2009, la Cour de Cassation casse et annule cet arrêt, étend aux dettes omises la solution qu'elle apportait au sort des biens omis: les dettes pourront, ultérieurement à la convention homologuée, faire l'objet d'une demande de partage.

Il faut cependant attirer l'attention et réserver le cas d'une omission qui serait à la fois volontaire et frauduleuse.
Car, en matière de partage de communauté, celui des époux qui divertit ou recèle des biens de communauté s'expose à en être privé tandis que celui qui dissimule l'existence d'une dette s'expose à l'assumer en totalité.



Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

SCP FORTUNET & Associés
Cabinet
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 72 73 74 75 76 77 78 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.