Des démissions qui n'en sont pas: le salarié "poussé" à démissionner

Publié le : 05/03/2010 05 mars mars 2010

La démission constitue l’outil juridique habituel permettant au salarié d’imposer à l’employeur la rupture du contrat de travail sous réserve du respect d’un préavis.

La "démission forcée"En vertu des dispositions des articles L. 1237-1 et suivants du Code du Travail, la démission constitue l’outil juridique habituel permettant au salarié d’imposer à l’employeur la rupture du contrat de travail sous réserve du respect d’un préavis dont la durée est généralement fixée par le contrat de travail et/ou par la convention collective qui lui est applicable.


1- la problématique :

En pratique, il s’avère parfois que le salarié a été « poussé » à démissionner sous la pression d’une menace de licenciement ou de poursuites pénales ou sous l’effet d’autres contraintes imaginées par l’employeur.

Victime d’une démission forcée, le salarié peut ultérieurement se ressaisir et se rétracter.

En cas de contestation, la Juridiction prud’homale devra donc vérifier que la démission résulte « d’une volonté claire et non équivoque » et n’est affectée d’aucun vice du consentement tel que la violence ou la contrainte.

Après avoir tranché cette première difficulté, le juge devra en tirer les conséquences juridiques et qualifier la rupture du contrat de travail.


2- la solution de la Cour de Cassation :

Un arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation en date du 20 janvier 2010 a le mérite de rappeler et consacrer deux règles jurisprudentielles déjà établies :

Dans un premier temps, le juge doit apprécier la validité de la démission à la lueur d’éléments de preuve permettant de retenir l’existence d’un litige ou de manquements de l’employeur antérieurs ou contemporains de la démission,

Dans un second temps, le juge en déduit l’alternative suivante :

- soit il considère que la démission est justifiée par le comportement fautif de l’employeur et il assimile la rupture du contrat de travail à un licenciement sans cause réelle et sérieuse,

- soit il juge que les motifs de la rétractation ne sont pas fondés et la démission demeure et produit ses entiers effets.

La solution ainsi reprise par la Cour de Cassation revient à assimiler la démission forcée à la prise d’acte dès lors que les modalités d’appréciation et leurs effets juridiques se confondent pour aboutir le cas échéant à sanctionner l’employeur qui se verra imputer la responsabilité de la rupture du contrat de travail et sera condamné par voie de conséquence à verser les indemnités allouées en matière de licenciement abusif, faute de lettre de licenciement énonçant valablement une cause réelle et sérieuse.

Fort des droits attachés à la qualité de « salarié licencié », le démissionnaire pourra également bénéficier des allocations chômage et plus généralement de l’ensemble des prestations découlant du licenciement.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DANIEL Jean-Philippe
Avocat Associé
SCP FORTUNET & Associés
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 73 74 75 76 77 78 79 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.