Concessions d’aménagement, la fin des vicissitudes ?

Publié le : 21/10/2009 21 octobre oct. 2009

Sous la pression des autorités européennes et du juge administratif français, le législateur est intervenu, au cours de l’année 2005, afin de soumettre les contrats d’aménagement aux exigences de mise en concurrence.

Les concessions d'aménagement et le décret du 22 juillet 2009Sous la pression des autorités européennes et du juge administratif français (CAA Bordeaux, 9 novembre 2004, « Commune de Cilaos », n° 01BX00381), le législateur est intervenu, au cours de l’année 2005, afin de soumettre les contrats d’aménagement aux exigences de mise en concurrence.

La loi n° 2005-809 du 20 juillet 2005 relative aux concessions d'aménagement a posé les bases de ce nouvel encadrement normatif. Le décret n° 2006-959 du 31 juillet 2006 est venu définir les conditions de passation des concessions d'aménagement.

Ces textes ont fait demeurer les contrats d’aménagement, en droit français, dans une « catégorie homogène spécifique, dotée de règles propres » (Code de l’urbanisme, Dalloz, 18e édition, page 552).

Cette harmonie apparemment retrouvée avec le droit communautaire est restée de courte durée puisque dès le début de l’année 2007, la Cour de justice des communautés européennes, dans un arrêt « Auroux », est venue rappeler les concessions d’aménagement « à la française » aux réalités du droit supra-national, en requalifiant un contrat public de concession d’aménagement en un marché public de travaux au regard du droit communautaire (CJCE, 18 janvier 2007, « Auroux c. commune de Roanne », aff. C-220/05).

Face à cette nouvelle brèche ouverte dans le droit français des concessions d’aménagement, les pouvoirs publics français ne pouvaient rester sans réagir. L’épilogue de cette histoire est peut-être intervenu avec la publication au journal officiel, le 24 juillet dernier, du décret n° 2009-889 du 22 juillet 2009 relatif aux concessions d'aménagement. Le décret crée trois types de procédure de passation de ces contrats :

- en dessous du seuil communautaire des marchés publics de travaux (5.150.000 euros HT), il s’agit d’une publicité et d’une procédure adaptée (article R. 300-11-7 du code de l’urbanisme) ;

- au dessus du seuil communautaire et lorsque le concessionnaire n’assume pas une « part significative du risque économique de l’exploitation », les conventions d’aménagement sont soumises au droit communautaire des marchés publics. Le code de l’urbanisme renvoie désormais à la procédure du contrat de partenariat qui est un marché public au sens communautaire (article R. 300-11-1 à R. 300-11-6) ;

- au dessus du seuil communautaire mais lorsque le concessionnaire assume une part significative du risque, le contrat est soumis au droit communautaire des concessions. Il est prévu une publicité et un avis d’attribution mais la procédure elle-même est laissée à la discrétion du concédant (article R. 300-4 à R. 300- 11).

L’un des enjeux de cette nouvelle réglementation nationale est de déterminer le moment à partir duquel le concessionnaire assume une part « significative » du risque économique de l’opération qu’il souhaite réaliser.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

ROUHAUD Jean-François
Avocat Associé
LEXCAP RENNES
SAINT GREGOIRE (35)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 77 78 79 80 81 82 83 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.