La "subdélégation" d'expert: acte interruptif de prescription?

Publié le : 27/01/2010 27 janvier janv. 01 2010

En matière du droit des assurances, les règles de prescriptions sont très encadrées par le délai biennal prévu par l’article L.114-1 du code des assurances.

L'acte interruptif de prescription au sens de l'art L.114-2 du code des assurancesEn matière du droit des assurances, les règles de prescriptions sont très encadrées par le délai biennal prévu par l’article L.114-1 du code des assurances.

Celui-ci dispose que :

Toutes actions dérivant d'un contrat d'assurance sont prescrites par deux ans à compter de l'événement qui y donne naissance.

L’alinéa 2 de ce même article fixe des règles très précises en ce qui concerne l’interruption et la suspension de ce délai biennal de prescription.
Aux termes de l'article L. 114-2 du Code des assurances, "La prescription est interrompue par une des causes ordinaires d'interruption de la prescription et par la désignation d'experts à la suite d'un sinistre. "

Il est inutile de rappeler ici l’abondant contentieux qui s’est développé en ce qui concerne la notion de « désignation d’expert ».

Aujourd’hui, la jurisprudence la conçoit de manière très extensive, en jugeant notamment que toute désignation d'un technicien à la suite d'un sinistre par une compagnie d'assurance constitue la désignation d'expert.

Les tribunaux estiment également qu’il importe peu qu’il s’agisse d’un expert judiciaire ou amiable.

De même, il est jugé que toute décision judiciaire apportant une modification quelconque à une mission d'expertise ordonnée par une précédente décision a un effet interruptif de prescription.

Cette conception extensive a ainsi permis aux assurés de bénéficier facilement de l’interruption de la prescription.

Cependant, cette interprétation extensive semble parfois trouver quelques limites.

La 2ème Chambre Civile de la Cour d’Appel de Poitiers, dans un arrêt récent en date du 12 janvier 2010, a ainsi infirmé l’ordonnance de référé qui avait fait droit à la demande de désignation d’un expert judiciaire malgré la prescription soulevée par l’assureur.

Ce dernier soutenait que le fait pour l’expert amiable, mandaté par l’assureur, d’avoir procédé à la désignation d’un tiers pour procéder à une étude de sol ne pouvait être qualifié d’acte interruptif au sens des dispositions de l’article L.114-2 du code des assurances.

Les juges d’appel ont fait droit à cette contestation sérieuse.

La Cour a estimé que « la subdélégation éventuelle, par le cabinet X [l’expert amiable] à un tiers, de tout ou partie des opérations d’expertise ainsi que les courriers échangés postérieurement […] dont aucun en recommandé avec accusé de réception […] ne peuvent, sans contestation sérieuse possible, être qualifiés d’actes interruptifs de prescription au sens des dispositions de l’article L.114-2 du code des assurances ».

Il appartiendra donc au juge du fond de trancher cette difficulté.

On voit mal cependant comment ce dernier pourrait aller dans un sens opposé à celui posé par la Cour…

« Désignation d’un expert par un expert ne vaut » : nouvel adage du droit des assurances ?



Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

BACLE Florent
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 74 75 76 77 78 79 80 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.